Mettre en œuvre des actions communes pour renforcer l’accès aux marchés de l’emploi

Les particularités des systèmes de formation de part et d’autre de la frontière freinent la reconnaissance professionnelle et l’accès à l’emploi.

De plus l’évolution des métiers nécessite une adaptation permanente des compétences. Pour que l’offre en ressources humaines corresponde au mieux aux besoins des secteurs économiques cet objectif spécifique vise à :

  • Mieux identifier et faire connaitre les métiers et compétence dans les secteurs qui recrutent et notamment les secteurs en tension ;
  • Développer des applications informatiques permettant le suivi des parcours de formation des adultes ;
  • Valoriser les acquis de l’expérience (faire reconnaître et valider les compétences et qualifications des actifs selon les titres et diplômes transfrontaliers communs) ;
  • Favoriser les actions destinées à améliorer le rapprochement entre acteurs publics et privés de l’emploi, de la formation, de l’insertion et de l’orientation ; notamment entre les employeurs et les demandeurs d’emploi et entre organismes de formation et milieux économiques.

L’objectif est d’améliorer la lisibilité du marché du travail en rapprochant les organismes impliqués ainsi que par une reconnaissance commune des qualifications professionnelles.

Le développement d’outils de gestion des ressources humaines et d’anticipation des mutations économiques pourra être soutenu.

Bénéficiaires

  • Entreprises, associations, coopératives, organisations d’employeurs, regroupements d’entreprises, clusters…
  • Collectivités et leurs regroupements, établissements publics
  • État
  • Organismes transfrontaliers publics
  • Chambres consulaires

Critères d’éligibilité

Un projet de coopération doit répondre aux 4 critères suivants :

  • être défini en commun avec un(des) partenaire(s) de l’autre côté de la frontière;
  • être réalisé en commun;
  • bénéficier de moyens humains partagés;
  • être financé conjointement (avec des budgets séparés).

Modalité de candidature

Dépôt des projets au fil de l’eau.

Modalité financière

Taux de cofinancement maximal de 75 %