Le programme de développement rural FEADER Bourgogne 2014-2020

Le programme de développement rural s’attache à favoriser l’attractivité du monde rural par l’emploi et le résidentiel pour lui assurer une pérennité sur le long terme, d’autre part il encourage la performance économique par le biais de la performance environnementale et technologique et enfin il encourage la mise en œuvre d’actions en faveur de la protection de l’environnement.

Ainsi, la région Bourgogne-Franche-Comté propose, à travers le PDR, de rendre nos territoires attractifs et économiquement dynamiques avec pour outil indispensable l’innovation environnementale et technologique, accompagné d’une mise en œuvre de mesures en faveur de la préservation de l’environnement, tel est le fil conducteur de la stratégie régionale.

Il est doté de 553 M€ pour la période 2014-2020, il propose 47 dispositifs d’aide, répartis en 6 priorités. 

Il a été adopté le 7 août 2015. Il est mis en œuvre par la Région Bourgogne-Franche-Comté  en partenariat avec les services de l’État. Les porteurs de projet sont invités à répondre à des appels à projets.

 

  • Priorité 1 : Favoriser le transfert de connaissances et l’innovation dans les secteurs de l’agriculture et de la foresterie, ainsi que dans les zones rurales 

Il s’agit d’aider à créer des conditions favorables à l’émergence de l’innovation et à accompagner le processus d’innovation depuis l’expérimentation jusqu’à la diffusion.

La moitié du budget viendra soutenir l’émergence de projets collaboratifs puis leur réalisation.

L’autre moitié soutiendra la formation professionnelle, des services de conseils et des actions de démonstration et d’information dans les domaines de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la filière forêt-bois. Il s’agit de permettre aux acteurs de ces filières de s’adapter aux changements et de relever de nouveaux défis, notamment en matière de développement durable.

Ce dispositif permet aux acteurs de l’agriculture et de la filière forêt-bois d’actualiser et d’acquérir des compétences favorisant leur évolution professionnelle, de s’adapter aux changements et de relever de nouveaux défis, notamment en matière de développement durable.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Ce dispositif 1.2.1 du PDR Bourgogne permet aux acteurs de l’agriculture et de la filière forêt-bois d’actualiser et d’acquérir des connaissances et des compétences favorisant leur évolution professionnelle, l’adaptation aux changements et l’acceptation de nouveaux défis, notamment en matière de développement durable.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Le progrès et l’innovation sont des processus essentiels pour répondre aux enjeux du développement agricole et forestier durable. Le type d’opération 16.1.1 du PDR Bourgogne soutient ainsi les projets des groupes opérationnels du Partenariat européen d’innovation « agriculture et foresterie productives et durables » (PEI-AGRI). Le PEI-AGRI rassemble des agriculteurs, des forestiers, des conseillers, des chercheurs, des entreprises, des ONG et d’autres acteurs, partenaires de l’innovation dans l’agriculture et la sylviculture. Ils forment ensemble un réseau d’échanges et de partage de connaissances à l’échelle de l’UE. Au niveau local, ces acteurs constituent des groupes opérationnels dans le but de trouver des solutions à des problèmes partagés ou de mettre en application des solutions nouvelles.

L’accompagnement dans le cadre de ce dispositif est organisé en deux temps :

  • phase 1 : appel à projets pour l’émergence des groupes opérationnels,
  • phase 2 : appel à projets pour le fonctionnement et la mise en œuvre des projets des groupes opérationnels.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

 

  • Priorité 2 : améliorer la compétitivité de tous les types d’agriculture et renforcer la viabilité des exploitations agricoles

La compétitivité des exploitations agricoles passe par l’évolution des outils de productions.

La modernisation des bâtiments représente un enjeu important. Elle contribue à la compétitivité économique des exploitations mais aussi à la préservation de l’environnement par une utilisation économe de l’énergie ou de l’eau par exemple. 38 M€ de FEADER seront affectés aux bâtiments et aux équipements agricoles.

L’installation de nouveaux agriculteurs est aussi une priorité importante : le renouvellement des générations d’agriculteurs n’est plus assuré par les installations actuelles aidées ou non. Il est important d’améliorer la transmission des exploitations agricoles avec un objectif de soutien à l’émergence de nouveaux projets d’installation durables, diversifiés et créateurs d’emplois. 53.6 M€ de FEADER viendront aider les jeunes agriculteurs à s’installer, sous la forme de la dotation jeunes agriculteurs et de prêts bonifiés.

 

Le plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAE) en Bourgogne comprend 7 dispositifs visant à la modernisation des exploitations :

  • Investissements dans les bâtiments d’élevage :
    • modernisation classique,
    • gestion des effluents en zone vulnérable,
    • maîtrise de la performance énergétique.
  • Investissements productifs en faveur d’une agriculture durable,
  • Investissements dans la transformation et la commercialisation dans les exploitations agricoles,
  • Aires de lavage individuelles,
  • Aires de lavage collectives.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Le plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAE) en Bourgogne comprend 7 dispositifs visant à la modernisation des exploitations :

  • Investissements dans les bâtiments d’élevage :
    • modernisation classique,
    • gestion des effluents en zone vulnérable,
    • maîtrise de la performance énergétique,
  • Investissements productifs en faveur d’une agriculture durable,
  • Investissements dans la transformation et la commercialisation dans les exploitations agricoles,
  • Aires de lavage individuelles,
  • Aires de lavage collectives.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Les aides à l’installation des jeunes agriculteurs sont mobilisées en Bourgogne afin d’augmenter le nombre d’installations aidées qui sont à l’heure actuelle trop peu nombreuses pour enrayer le phénomène de vieillissement de la population agricole.

A moyen terme, ce sont 14 % des exploitations bourguignonnes qui pourraient être amenées à disparaître faute de repreneurs. Il est nécessaire d’installer des jeunes au fur et à mesure que les agriculteurs prennent leur retraite.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

 

  • Priorité 3 : promouvoir l’organisation de la chaîne alimentaire et la gestion des risques dans le secteur de l’agriculture

7 M€ seront investis dans les industries agroalimentaires et pour développer la transformation et la commercialisation des produits agricoles dans les exploitations et ainsi accroître la valeur ajoutée des produits agricoles.

Les industries agroalimentaires (IAA) transforment les deux tiers de la matière première agricole. Leurs débouchés conditionnent ceux des agriculteurs. Aussi, pour favoriser le développement rural, est-il nécessaire de renforcer l’efficacité des secteurs de la transformation et de la commercialisation par un soutien financier aux projets des entreprises.

L’objectif du présent dispositif est l’amélioration de la compétitivité des IAA. Cela passe d’abord par un soutien aux investissements indispensables à l’amélioration des performances ce qui, dans certains cas, nécessite une restructuration. Le ciblage de certains investissements peut permettre par ailleurs un positionnement en réponse aux attentes nouvelles du marché donc la création de valeur ajoutée. Le ciblage,lorsqu’il est pertinent, d’entreprises de taille modeste très ancrées dans le milieu rural agricole devrait accroître la valeur ajoutée globale de la filière par un entraînement sur l’amont.

Le soutien peut accompagner des projets structurants, innovants, susceptibles de développer de nouveaux marchés plus rémunérateurs, en prenant en compte les différentes composantes nécessaires à leur réalisation. Peuvent également être aidés des projets permettant un développement économique du territoire (nouveaux débouchés ou débouchés mieux valorisés pour l’agriculture, emplois créés….), ou privilégiant des process et des itinéraires techniques respectueux de l’environnement, permettant de dépasser les exigences réglementaires.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Le plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAE) en Bourgogne comprend 7 dispositifs visant à la modernisation des exploitations :

  • Investissements dans les bâtiments d’élevage,
    • modernisation classique,
    • gestion des effluents en zone vulnérable,
    • maîtrise de la performance énergétique,
  • Investissements productifs en faveur d’une agriculture durable,
  • Investissements dans la transformation et la commercialisation dans les exploitations agricoles,
  • Aires de lavage individuelles,
  • Aires de lavage collectives.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

 

  • Priorité 4 : restaurer, préserver et renforcer les écosystèmes tributaires de l’agriculture et de la foresterie

La 4ème priorité, « restaurer, préserver et renforcer les écosystèmes liés à l’agriculture et à la foresterie », est dotée de 381 M€.

Sur ces 381 M€, près de 260 M€ dont réservés pour les indemnités compensatoires de handicaps naturels, qui visent à aider à maintenir une pratique agricole dans des zones défavorisées d’un point de vue agronomique et menacées par la déprise agricole.

C’est au titre de cette priorité que seront également financées les mesures agro-environnementales, le soutien à l’agriculture biologique, des investissements en faveur de l’environnement comme les aires de lavage, et enfin la gestion des sites Natura 2000.

Le plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations Agricoles (PCAE) en Bourgogne comprend 7 dispositifs visant à la modernisation des exploitations :

  • Investissements dans les bâtiments d’élevage :
    • modernisation classique,
    • gestion des effluents en zone vulnérable,
    • maîtrise de la performance énergétique.
  • Investissements productifs en faveur d’une agriculture durable,
  • Investissements dans la transformation et la commercialisation dans les exploitations agricoles,
  • Aires de lavage individuelles,
  • Aires de lavage collectives

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Il s’agit de financer des investissements non productifs visant à préserver ou rétablir la qualité de l’eau, à lutter contre l’érosion des sols et des berges et à préserver la biodiversité.

L’opération permet également le financement de la reconstitution du bocage, axe majeur de requalification du paysage et puits de carbone. En effet, parmi les nombreux paysages qui composent la Bourgogne, le bocage fait partie du patrimoine naturel le plus caractéristique. Il occupe la majeure partie de l’espace rural bourguignon et ce sont près de 40 000 km de haies qui maillent la région. Les haies et la ripisylve permettent de lutter contre l’érosion des sols et des berges, contre les risques liés aux changements climatiques et sont un support de biodiversité important.

Le dispositif est financé par des crédits européens (FEADER), des crédits de la région Bourgogne-Franche-Comté et des Agences de l’eau.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

Les mesures agro-environnementales et climatiques  (MAEC), outil majeur du second pilier de la PAC, soutiennent le maintien et le développement de pratiques agricoles favorables à l’environnement. Elles répondent à des enjeux environnementaux identifiés au niveau européen et national (eau et biodiversité, paysage, zones humides, sol, climat, risques naturels). Les MAEC compensent les manques à gagner des agriculteurs, qui s’engagent dans la démarche pour cinq ans.

Il existe trois types de MAEC :

  • les « MAEC systèmes », portant sur des systèmes d’exploitation,
  • les « MAEC localisées », construites à partir d’engagements unitaires (EU).

Elles sont accessibles dans le cadre de projets agro-environnementaux et climatiques (PAEC).

  • les MAEC pour la conservation de la biodiversité génétique, qui comprennent :
    • les MAEC PRM, pour protéger les races menacées de disparition,
    • les MAEC API, pour améliorer du potentiel pollinisateur des abeilles pour la préservation de la biodiversité

bs_notification type= »info » dismissible= »true »]Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.[/bs_notification]

Prochaines déclarations PAC au 15 mai 2018.

Les dossiers sont instruits par les DDT. 

  • Priorité 5 : promouvoir l’utilisation des ressources et soutenir la transition vers une économie à faibles émissions de CO2

4 M€ sont dédiés au domaine de la forêt et du bois. Les objectifs sont de favoriser la gestion durable des forêts bourguignonnes, d’améliorer l’exploitation forestière et de développer la transformation locale de la ressource forestière.

Le FEADER viendra soutenir des investissements dans les dessertes forestières et voies stratégiques d’accès aux massifs forestiers, la réparation des dommages causés aux forêts en cas de catastrophe naturelle, des mesures sylvicoles pour améliorer la valeur économique des forêts, des équipements pour les entreprises forestières, des investissements pour moderniser des scieries et enfin l’élaboration de stratégies locales de développement forestier.

C’est aussi au titre de cette priorité que seront soutenus les investissements dans la méthanisation à hauteur de 4 M€.

La politique forestière régionale a pour objectif d’améliorer la mobilisation de la ressource forestière bourguignonne.

Elle vise notamment à faciliter l’accès et le défruitement des massifs forestiers.

Le dispositif « investissements dans les dessertes forestières » permet ainsi la mobilisation de bois d’œuvre, de bois d’industrie et/ou de bois-énergie, par le financement d’équipements destinés à la mobilisation effective de bois.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

La politique forestière régionale a pour objectif d’améliorer la mobilisation de la ressource forestière bourguignonne.

Elle vise notamment à faciliter l’accès et le défruitement des massifs forestiers, notamment les massifs résineux qui entrent en production.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

La politique forestière régionale a pour objectif d’améliorer la gestion des forêts bourguignonnes.

Elle vise notamment à faciliter la transformation de peuplements inadaptés pour des raisons de structure ou d’essence afin de produire du bois d’œuvre de qualité.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

La politique forestière régionale a pour objectif d’améliorer la mobilisation de la ressource forestière.

Elle vise notamment à améliorer la productivité des entreprises forestières actives dans les domaines de la sylviculture et de la récolte des bois.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

La politique forestière régionale a pour objectif d’améliorer la valeur ajoutée de la filière bois. Elle vise notamment à moderniser les entreprises de première transformation du bois.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

La politique forestière régionale a pour objectif de garantir la gestion durable des forêts.

Elle vise notamment à promouvoir les stratégies locales de développement forestier pour traiter des problématiques forestières locales.

Ce dispositif fonctionne par appel à projets. Vérifiez si un appel à projets est en cours.

  • Priorité 6 : Promouvoir l’inclusion sociale, la réduction de la pauvreté et le développement économique dans les zones rurales

Trois grandes thématiques ont été retenues :

  • la transition énergétique,
  • l’attractivité économique et résidentielle,
  • le développement du tourisme dans les zones rurales.

Le FEADER soutiendra la rénovation énergétique du patrimoine bâti des collectivités, la rénovation de logements pour en faire des logements peu consommateurs en énergie, des infrastructures pour les services (accueil des enfants, maison de santé, maisons de services publics…).

Le programme prévoit aussi des mesures en faveur du développement du tourisme : aides à la construction ou rénovation d’hébergements touristiques, aides pour renforcer le réseau des infrastructures cyclables et les haltes et ports fluviaux par exemple.

Une enveloppe de 29 M€ est réservé aux programmes LEADER : il s’agit de soutenir des projets de territoires qui sont portés par les acteurs locaux et axés sur les thématiques de la transition énergétique et de l’accueil des populations en zone rurale. La première sélection des groupes d’actions locales qui porteront les programmes LEADER a déjà eu lieu.

L’opération s’inscrit dans le champ d’action de la Stratégie régionale de développement économique et d’innovation (SRDEI), ou de stratégies ciblées telles que la « stratégie régionale de
valorisation touristique des canaux et rivières navigables de Bourgogne » ou bien encore « la Bourgogne,vers une écodestination ».

La Région entend, par un effet de concentration des efforts (effet levier), développer la « mise en tourisme » sur et autour des axes d’itinérance, de sites et espaces emblématiques.

L’opération contribuera, par la densification de l’offre et une montée en gamme qualitative (performance économique et écologique) de l’hébergement et des services aux clientèles, aux objectifs de développement touristique de la Bourgogne et à la volonté affichée de l’Europe de conservation du leadership mondial sur cette économie.

Pour en savoir plus, consultez la présentation détaillée de ce dispositif. 

L’opération s’inscrit dans le champ d’action de la Stratégie régionale de développement économique et d’innovation (SRDEI). La politique touristique de la région et ses déclinaisons opérationnelles telle la stratégie régionale de valorisation touristique des canaux et rivières navigables de Bourgogne et le schéma régional des véloroutes et voies vertes (au sein duquel est inscrit l’EuroVelo 6), ont pour ambition de faire de la Bourgogne une destination touristique éco-responsable (transports sobre en carbone et intermodalité, déploiement des infrastructures et usages TIC, éco-hébergement, formation des professionnels et acteurs, gouvernance touristique concertée…)

Pour en savoir plus, consultez la présentation détaillée de ce dispositif. 

En complément de la structuration autour des grands axes de l’itinérance touristique bourguignonne, en particulier les voies cyclables d’envergure nationale, des voies navigables et routes des vins, il convient de travailler à améliorer la « mise en tourisme » des sites et espaces d’intérêt régional, que sont :
  • Au titre des espaces touristiques d’intérêt régional :
    • Le Parc naturel régional du Morvan et villes associées ;
    • Le périmètre du GIP du Parc National entre Champagne et Bourgogne ;
    • Le périmètre de candidature UNESCO des Climats de Bourgogne.
  • Au titre des sites emblématiques de la Bourgogne :
    • Le Grand Site de Solutré-Vergisson ;
    • Le périmètre de l’Opération Grand site de Vézelay ;
    • Les sites archéologiques de Bibracte, Vix et Alésia ;
    • L’abbaye de Cluny ;
    • Le Prieuré labellisé « espace de rencontre » de la Charité sur Loire ;
    • Le site de Guédelon.

Il s’agit de soutenir :
Action 1 : les équipements et aménagements favorisant la qualité de l’accueil, de l’information et du séjour des touristes sur l’ensemble de ces sites et espaces touristiques d’intérêt régional,
Action 2 : la restauration et la valorisation du patrimoine,  uniquement sur les 3 sites de Vézelay, Bibracte et la Charité.

Pour en savoir plus, consultez la présentation détaillée de ce dispositif. 

L’opération s’inscrit dans le champ d’action de la Stratégie régionale de développement économique et d’innovation (SRDEI), ou de stratégies ciblées telles que la « stratégie régionale de
valorisation touristique des canaux et rivières navigables de Bourgogne » ou bien encore « la Bourgogne, vers une écodestination ».
La Bourgogne entend, par un effet de concentration des efforts (effet levier), développer la « mise en tourisme » sur et autour des axes d’itinérance, de sites et espaces emblématiques.
L’opération contribuera, par la densification de l’offre et une montée en gamme qualitative (performance économique et écologique) des services aux clientèles, aux objectifs de développement touristique de la Bourgogne et à la volonté affichée de l’Europe de conservation du leadership mondial sur cette économie.

Pour en savoir plus sur ce dispositif

Cette opération permettra de combler des carences en matière de coordination entre acteurs du tourisme d’itinérance, de favoriser la mise en œuvre de formations opérationnelles ciblées, d’inciter au déploiement d’outils de communication communs, d’animer et de porter ingénierie nécessaire à la structuration de schémas d’équipements et de desserte en services à l’échelle de destinations touristiques cohérentes.

Pour en savoir plus sur ce dispositif

Le  FEADER pourra soutenir les travaux de rénovation énergétique du patrimoine bâti des communes ou de leurs groupements y compris les bâtiments scolaires.

Cette action s’inscrit directement dans les orientations du Schéma Régional Climat Air Energie et du Schéma Régional d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire dont la transition énergétique est une finalité pour la Région.

Pour en savoir plus 

Un Territoire à énergie positive est un territoire dont les besoins d’énergie ont été réduits au maximum et sont couverts par les énergies renouvelables locales, selon la définition donnée par le CLER (Réseau pour la transition énergétique) au niveau national.

Il s’agira de soutenir 3 types d’actions :

  • Action 1 – Animation du réseau régional des Territoires à énergie positive (TEPOS),
  • Action 2 – Missions mutualisées de conseillers Territoires à énergie positive (TEPOS) : En Bourgogne, les Territoires à Energie Positive (TEPOS) correspondent à des territoires ruraux ou
    péri-urbains dont la taille géographique et démographique ne permet pas de dégager la création d’un poste d’animation dédié.
    Il s’agit donc d’encourager la mutualisation de ressources humaines d’animation dédiées entre différents Territoires à Energie Positive (TEPOS).
    Il s’agit de soutenir des postes de conseiller TEPos mutualisés entre différents territoires en vue d’animer et d’accompagner une démarche territoriale, collective et multisectorielle.
    L’accompagnement mutualisé portera plus particulièrement sur l’émergence et la réalisation de projets locaux de transition énergétique dans une logique de mise en réseau, d’échange, d’émulation, de capitalisation et de diffusion de ces expériences.
  • Action 3 – Programmes locaux d’animation et de promotion Territoires à énergie positive (TEPOS)

Pour en savoir plus 

L’habitat est un facteur de développement et d’attractivité important. L’habitat doit être mis en lien avec les projets de développement économique, avec les services et équipements présents sur un territoire, avec l’offre éducative voire de formation, avec l’offre de transport…

En matière d’habitat-logement, le territoire doit donc être en mesure de proposer à tout nouvel arrivant des conditions d’accueil optimal tant dans la qualité que dans le statut (achat, location privée ou publique…). L’accueil de nouvelles populations nécessite ainsi pour un territoire organisé de connaître/recenser son offre de logement (public et privé) et de définir une stratégie cohérente avec les orientations régionales en matière d’attractivité.

Dans cette logique, il s’agit de soutenir les types d’actions suivants :

  • l’élaboration de stratégies globales et territoriales d’habitat et la définition d’un plan d’actions opérationnelles (les opérations de type PIG –programme d’intérêt général – et OPAH – opération programmée d’amélioration de l’habitat – sont inéligibles à cette opération)
  • les actions innovantes ou expérimentales d’habitat
  • les opérations d’acquisition et d’amélioration de logements existants vacants
  • les opérations d’aménagement durable :
    • attenantes aux actions innovantes ou expérimentales d’habitat (cf. point 2 ci-dessus).
    • dans une logique de recomposition urbaine et/ou de reconquête du tissu urbain existant.

Pour en savoir plus

 

L’habitat est un facteur de développement et d’attractivité important. L’habitat doit être mis en lien avec les projets de développement économique, avec les services et équipements présents sur un territoire, avec l’offre éducative voire de formation, avec l’offre de transport…

En matière d’habitat-logement, le territoire doit donc être en mesure de proposer à tout nouvel arrivant des conditions d’accueil optimal tant dans la qualité que dans le statut (achat, location privée ou publique…). L’accueil de nouvelles populations nécessite ainsi pour un territoire organisé de connaître/recenser son offre de logement (public et privé) et de définir une stratégie cohérente avec les orientations régionales en matière d’attractivité.

Dans cette logique, il s’agit de soutenir les types d’actions suivants :

  • l’élaboration de stratégies globales et territoriales d’habitat et la définition d’un plan d’actions opérationnelles (les opérations de type PIG –programme d’intérêt général – et OPAH – opérati
    on programmée d’amélioration de l’habitat – sont inéligibles à cette opération)
  • les actions innovantes ou expérimentales d’habitat
  • les opérations d’acquisition et d’amélioration de logements existants vacants
  • les opérations d’aménagement durable :
    • attenantes aux actions innovantes ou expérimentales d’habitat (cf. point 2 ci-dessus).
    • dans une logique de recomposition urbaine et/ou de reconquête du tissu urbain existant.

Pour en savoir plus

Il s’agit donc de soutenir :

Au titre des infrastructures locales de petite échelle : 

  • Les équipements d’accueil petite enfance (crèche, halte-garderie, multi-accueil, Relais Assistantes Maternelles) et enfance (locaux périscolaires, restaurations et Centres de Loisirs Sans Hébergement),
  • Les maisons de mutualisation de services aux publics,

Les Maisons de santé pluriprofessionnelles, maisons de santé de spécialistes et centres de santé et /ou les antennes de tous ces établissements.

Au titre des actions innovantes liées aux plans de développement de services :

  • Les projets innovants pour répondre aux enjeux de démographie médicale
  • Les projets innovants en matière de services à la population
  • Les actions visant à créer et développer du lien social entre d’une part les nouveaux arrivants et les habitants et d’autre part entre les générations.

Pour en savoir plus

Il s’agira d’accompagner le développement d’équipements mais également la mise en place de services spécifiques ou innovants, dans un objectif global de soutenir des équipements et services dits de centralité sur les villes et bourgs centres.

Il s’agit donc de soutenir :

Au titre des infrastructures locales de petite échelle : 

  • Les équipements d’accueil petite enfance (crèche, halte-garderie, multi-accueil, Relais Assistantes Maternelles) et enfance (locaux périscolaires, restaurations et Centres de Loisirs Sans Hébergement),
  • Les maisons de mutualisation de services aux publics,

Les Maisons de santé pluriprofessionnelles, maisons de santé de spécialistes et centres de santé et /ou les antennes de tous ces établissements.

Au titre des actions innovantes liées aux plans de développement de services :

  • Les projets innovants pour répondre aux enjeux de démographie médicale
  • Les projets innovants en matière de services à la population
  • Les actions visant à créer et développer du lien social entre d’une part les nouveaux arrivants et les habitants et d’autre part entre les générations.

Pour en savoir plus

Les actions à conduire sont :
  • La définition et l’animation d’un réseau régional des acteurs multi partenarial de l’accueil, permettant notamment de :
    • Mener des opérations de sensibilisation et de mobilisation des acteurs (institutionnels et grand public) intervenant sur le thème de l’accueil : plan média, opérations de communication…
    • Mettre en réseau les acteurs impliqués et les territoires engagés dans ces démarches et animer une action collective
  • Des actions de prospection exogène et de promotion pour :
    • S’organiser collectivement, au-delà d’une politique de sensibilisation des acteurs locaux aux enjeux de l’accueil, pour faire connaître les offres qualifiées auprès des publics ciblés mais aussi d’impliquer les habitants
    • Développer les outils de promotion-prospection (participation à des salons spécialisés, soutien aux actions de diffusion de l’offre et de valorisation des initiatives locales par des médias
      spécialisés…)

Pour en savoir plus

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×